UFC-Que Choisir d'Eure et Loir

Transports

Réouverture de Chartres – Orléans

Réouverture de Chartres – Orléans

Débat organisé par les cheminots C.G.T. Paris rive gauche

Le 6 février 2017 Mainvilliers salle La Vaillante

Présents : une trentaine de personnes dont un représentant des organisations : FSU, Ensemble 28, UFC Que Choisir 28, Fédération Environnement Eure & Loir, ainsi que le secrétaire général du Lycée agricole de la Saussaye et qu’Hugues Villemade candidat aux élections législatives sur la 1ère circonscription de  d’Eure & Loir.

Les services de «SNCF connexions» et «SNCF Mobilités» ainsi que des élus de la région ont été invités.

Synthèses des différentes interventions à la tribune et parmi les auditeurs.

Rappels historiques,

  • La ligne a été créée en 1872 et fermée en 1942.
  • L’UFC Que Choisir 28 demande la réouverture de l’axe Rouen – Orléans depuis 1987 (30 ans déjà), notre association demande aussi des trains Chartres – Tours sans correspondance.
  • La réforme ferroviaire d’aout 2014 a mis fin à la SNCF en créant 2 entités «SNCF réseau» qui gère l’infrastructure et «SNCF mobilités», l’exploitant ferroviaire.

Politique des transports

  • La politique du transport en France se fait en fonction de la demande (en créant des conditions pour que la demande diminue), alors le développement des transports ne peut s’effectuer que par une politique de l’offre.
  • La SNCF privilégie la rentabilité à la couverture ferroviaire è abandon de l’objectif d’aménagement du territoire.
  • Le train est le seul transport où nous mettons actuellement plus de temps qu’il y a quelques années.
  • La réalisation de Tours – Bordeaux est confiée à une filiale de Vinci (Lisea), concession pour 50 ans. En cas de pertes, l’Etat compensera.
  • Un auditeur remarque que la dette ferroviaire est équivalente au CICE.
  • Les matériaux pour le rail arrivent par camions !
  • Le créneau de pertinence du bus et du camion, c’est le dernier kilomètre.
  • La route représente 80% des déplacements, mais 91 % des émissions de gaz à effet de serre des transports. Le ferroviaire capte 6% des déplacements.

Le projet de mise en concession de la RN 154

  • 260 millions € d’argent publics ont été investis sur l’axe RN 154 Rouen – Orléans, la mise en concession est un cadeau de nos impôts au concessionnaire.
  • Un trajet aller- retour entre Chartres et Dreux coûterait 120 € par mois soit un SMIC par an.
  • Le conseil départemental a contribué à l’achat des terrains pour réaliser l’axe.
  • Vinci est présent partout : transports par route, par train, par autocar, par bateau et dans les parkings.
  • Vinci a le monopole des transports sur le quart sud-ouest de la France.
  • La construction d’une autoroute consomme 1 hectare de terre par kilomètre, la construction d’un kilomètre de voie ferroviaire ne consomme que 1/3 d’hectare par kilomètre.
  • L’autoroute favorise la centralisation, le rail favorise le maillage du territoire.

Point sur la réouverture de Chartres – Voves

  • Le 1er mois d’exploitation n’a enregistré que 70 voyageurs (les prévisions sont de 3 à 4000), la fréquentation la plus importante est le dimanche soir.
  • 3 allers-retours par jour, mais 2 correspondances pour Tours sont inefficientes, le temps de parcours est supérieur à celui par car.
  • Pour permettre un parcours sans correspondance, il y a une voie de 30 m à équiper en gare de Voves (une simple «aiguille» manquante selon les cheminots).
  • Le tarif est 5,70 € pour 3,25 € par Transbeauce.
  • Un arrêt à la Saussaye aurait dû être prévu (demande formulée dès l’origine par l’UFC 28). Il y a 500 personnes sur le site, or les établissements scolaires fournissent une partie des usagers des trains.
  • L’arrêt servirait aussi pour les habitants de Berchères les Pierres et de Sours.
  • Autre solution : rouvrir la gare de Berchères qui existe toujours et qui peut être réaménagée.
  • Il y a 10 ans Andros avait envisagé de s’installer à Voves.
  • Un bâtiment en gare de Voves inauguré il y a quelques années destiné à une commande centralisé demeure vide.
  • Conclusion des cheminots : tout est fait pour la ligne ferme dans 2 ans.

Réouverture de Chartres – Orléans

  • Les travaux ne sont par encore engagée.
  • Les élus ne considèrent pas la réouverture comme prioritaire et la SNCF n’a jamais été favorable à la réouverture.
  • Sur le trajet tout est à faire, le réaménagement autour de la base militaire de Bricy est encore en discussion.
  • Le concessionnaire de l’A 154 n’a aucun intérêt à ce que les trains circulent.
  • Il y a eu une concertation sur la réouverture de Chartres- Orléans en
  • Sur Chartres-Dreux, il y a 1 ou 2 circulations par an pour la stratégie militaire.
  • La revitalisation il ya une quinzaine d’années de la ligne Chartres-Courtalain a entraîné une augmentation de fréquentation (lycéens et adultes) aussi bien en direction de Chartres que de Paris. Une bonne desserte de Chartres- Orléans devrait aboutir au même succès.
  • J’ai rappelé que Chartres est la seule préfecture de la région Centre Val de Loire qui ne soit pas reliée par le train à Orléans et le projet de la région avec 10 AR par jour et la réalisation de 5 arrêts entre Voves et Orléans.
  • La desserte par trains directs se ferait en 50 mn de centre ville à centre ville.
  • Les cheminots sont très pessimistes sur l’aboutissement de cette réouverture (il a fallu 18 années que Chartres-Voves aboutisse).
  • Question : qui prend les décisions ? La région qui a déjà investie 70 millions, elle se repose sur la SNCF.

Gérard Breteaux d’après notes prises lors de la réunion.